Les dangers de la télé pour les bébés

À propos

La télévision à destination des bébés pose des problèmes graves et spécifiques sans commune mesure avec ceux de la télé pour les enfants. Avec elle, il ne s'agit plus seulement de gérer l'incursion télévisuelle en termes de qualité des programmes et de contrôles du temps passé devant l'écran. Il s'agit de savoir quel type de société et d'êtres humains nous voulons pour l'avenir. La télévision pour les bébés n'est qu'une pièce du gigantesque dispositif que les marchands de temps de cerveau disponible construisent pour imposer leurs repères et leurs valeurs. Mais cette pièce est essentielle parce qu'elle est un véritable cheval de Troie dans la sensibilité et les représentations de nos enfants. Une fois installée, elle leur ouvrira toutes grandes les portes de leur esprit. Cette raison serait déjà bien suffisante pour que la résistance s'organise, mais il y en a d'autres. Toutes sont liées au fait que le bébé reste jusqu'à la fin de sa seconde année une sorte de prématuré physiologique dont l'organisation cérébrale inachevée nécessite des précautions particulières.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Psychologie / Psychanalyse > Psychologie branches et domaines > Psychologie du développement

  • EAN

    9782749218939

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    136 Pages

  • Poids

    952 Ko

  • Lectorat

    Tout public

  • Distributeur

    C.D.E.

  • Support principal

    ebook (ePub)

Serge Tisseron

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Serge Tisseron est psychiatre et psychanalyste, directeur de recherches à l'université Paris X Nanterre. Ses recherches personnelles portent sur trois thèmes : les secrets de famille, les relations que nous établissons avec les images et nos rapports aux nouvelles technologies. Il est l'auteur de nombreux ouvrage dont le plus récent est Vérités et mensonges de nos émotions (Albin Michel, 2005).

empty