• « En savourant le livre Un été avec Montaigne d'Antoine Compagnon, je me suis dit sur le mode de la plaisanterie : à condition de passer l'hiver avec Schubert.Et je me suis piqué au jeu. Schubert m'est toujours apparu comme une sorte de chaînon entre Mozart et... Proust.Une quarantaine de textes ont vu le jour, au moment où les nuits sont longues. Le portrait d'un homme terriblement émouvant m'est apparu. Un coeur pur, un grand esprit, le meilleur des amis. Et toujours seul.Premier des romantiques tout en demeurant un classique, Schubert reste le plus mystérieux des compositeurs. Parce que sa musique éprouve la douleur sans cesser de sourire et qu'elle regarde la mort droit dans les yeux tout en nous faisant aimer la vie.Cet art subtil répond étonnamment à la crise de notre époque en nous offrant une introspection lucide et courageuse, une mystique tendre pour écouter le monde autrement. Et tellement d'amour. »

  • À vingt ans, beau comme un demi-dieu, Brahms fait une rencontre qui va changer sa vie et le cours de l'histoire de la musique. Schumann célèbre son génie, tandis que le jeune homme tombe amoureux de Clara Schumann - la femme du compositeur et la plus grand pianiste de ces années.
    Une tragédie succède à cette épiphanie : Schumann est enfermé, il meurt, et le destin de la musique allemande échoit entre les mains de Brahms.
    Alors que le monde de l'art ne jure plus que par l'innovation et le progrès, Brahms va se lever, seul contre tous, et démontrer qu'on peut aller encore plus loin en regardant derrière soi. Chantant les beautés de la nature et puisant au plus profond de lui-même, il écrira la musique la plus parfaite et la plus originale qui soit.
    Après Un hiver avec Schubert, Olivier Bellamy guide le lecteur dans l'oeuvre et l'histoire de Brahms en 44 textes ciselés, documentés et sensibles. Le compositeur le plus secret de son époque nous devient aussi proche qu'un membre aimé de notre propre famille...
    Né à Marseille en 1961, Olivier Bellamy anime chaque jour Passion classique sur Radio classique. Il est aussi l'auteur de plusieurs documentaires à la télévision dont la série À Contretemps sur France 3 et possède un blog sur le Huffington Post.

  • Beethoven par lui-même est un florilège d'écrits de la main même du compositeur, depuis la première lettre connue de Ludwig enfant disant son amour de la musique, jusqu'aux dernières, rédigées juste avant sa mort, dans lesquelles il implore des subsides pour se nourrir.
    Composée d'extraits de lettres et nourrie des célèbres cahiers de conversation (auxquels recourait Beethoven devenu sourd), cette anthologie, réalisée et commentée par Nathalie Krafft, dessine une passionnante autobiographie.
    En pénétrant dans le plus intime de sa vie, elle redonne chair au musicien sans doute le plus statufié de l'histoire, et fait apparaître un Beethoven complexe, excessif, profondément humain, très drôle, et toujours génial.
    La nouvelle traduction de Sofiane Boussahel apporte à ces textes une saveur inédite.
    Journaliste, Nathalie Krafft a été rédactrice en chef du Monde de la musique pendant quinze ans. Elle est l'auteur, entre autres, de la nouvelle édition des Cahiers de conversation de Beethoven (2015), et Écouter Sibelius avec Éric Tanguy (2017), chez Buchet/Chastel.

  • Préface de Brigitte François-Sappey
    Introduction de Marcel Brion de l'Académie française
    Vers l'âge de seize ans, Robert Schumann (1810-1856) commença à tenir son journal intime, suivant en cela une vieille tradition chère aux artistes et aux écrivains allemands. Après son mariage avec Clara Wieck (1819-1896), c'est à deux qu'ils le rédigeront tour à tour, chacun prenant la plume pendant une semaine, pour en faire le miroir de leur bonheur, de leurs efforts et de leurs progrès.
    Dans ce dialogue de deux âmes musiciennes, il est bien sûr beaucoup question de musique : nous apprenons ainsi quelles oeuvres nouvelles Robert va composer, quels amis viennent jouer chez eux, mais aussi quelle discipline artistique le mari impose à sa jeune épouse et quelles pièces il lui fait travailler.
    De part et d'autre de ce « Journal de raison » tenu de 1840 à 1843 par Robert et Clara a été réuni un choix de documents, de journaux, de lettres et de souvenirs, dont l'ensemble permet de faire revivre, le plus authentiquement possible, la personnalité des deux musiciens en les replaçant dans leur temps, leur milieu et leur famille. Ces textes sont regroupés par époques et précédés d'un commentaire, dessinant ainsi une passionnante biographie.
    Robert Schumann (1810-1856) et sa femme Clara Wieck (1819-1896) forment sans doute le couple de musiciens le plus célèbre de l'histoire de la musique. Lui comme compositeur de génie, elle comme la première femme virtuose de l'histoire du piano.

  • Vingtième saison pour La Story sur Nostalgie. Vingt saisons que Brice Depasse nous emmène dans les rues de Londres, les théâtres parisiens, les studios hollywoodiens, les arrière-salles bruxelloises pour nous raconter la grande histoire de la chanson et du cinéma.

    Ce second tome de chroniques inédites révèle une fois de plus la passion avec laquelle l'auteur-animateur fait de nous les témoins privilégiés des derniers jours de Freddie Mercury, des fantasmes gothiques de Mylène Farmer, de la première projection du jeune Steven Spielberg, la tournée ratée de Johnny Hallyday, le squat new-yorkais de Debbie Harry, les débuts du duo Tom & Jerry alias Simon & Garfunkel, les fugues de Kurt Cobain...

    Michel Polnareff dit de lui qu'il est le seul capable d'écrire un beau sujet, Mark Knopfler l'invite à prendre le thé pour parler musique, Guillaume Musso le cite en couverture d'un de ses romans quand, chaque jour, 600 000 Belges l'écoutent sur Nostalgie.

  • Pour quoi est-ce que je me battais au juste ? Je n'en suis toujours pas certaine aujourd'hui. C'est si profond, si ancien, que ça n'a pas de mots, pas de forme, pas de logique.
    Nous sommes en 2012, Viv Albertine prépare le lancement de De fringues, de musique et de mecs. Assagie - les années punk sont loin derrière -, elle se consacre désormais à sa fille, à sa mère malade, à l'écriture et, presque à regret, à des mecs qui en valent rarement la peine. Pourtant elle n'a rien perdu de sa rage, ni de sa soif de vérité : Viv est une femme en colère, prête à en découdre, y compris avec elle-même.
    Lorsque de douloureuses circonstances la replongent dans les blessures de l'enfance et la complexe dynamique familiale, elle n'hésite pas : elle prend à bras-le-corps les chagrins et les secrets enfouis, les triture, les confronte.
    C'est cette plongée à vif et par à-coups dans la mémoire qui tisse la trame d'À jeter sans ouvrir. Un texte profond et terrible qui mêle une riche réflexion sur la place des femmes grandies dans les années soixante-dix à un récit passionnant, truffé d'anecdotes et d'une ironie mordante.
    « Féroce, direct, sans retenue. Viv ne nous épargne rien... elle fait voler en éclats les mythes, les détours, les fioritures pour atteindre les histoires riches et souvent assez différentes qui se cachent derrière les apparences. »
    The Sunday Times
    « Une chronique de la marginalité... déconcertant d'honnêteté... une dissection minutieuse et douloureuse d'un naufrage familial. »
    The Observer
    « À jeter, sans ouvrir est joyeusement chaotique... »
    The New York Times
    Viv Albertine est une musicienne et parolière britannique, figure du mouvement punk auquel elle participe activement avec son groupe, The Slits. Dans les années 1980, elle mène également une carrière de productrice et de réalisatrice. En 2012, après 25 ans de silence, elle remonte sur scène et sort un album solo. Elle vit aujourd'hui à Londres où elle se consacre à l'écriture.

  • Le livre Alain Lompech rassemble ici quarante-quatre pianistes dont l´art et la personnalité ont marqué le XXe siècle. Il se fait biographe, quand il nous permet de revivre la formation et la carrière de chacun, les caractères de son répertoire et de sa discographie, et même historien, quand il retrace l´évolution du jeu, n´hésitant pas à combattre les idées reçues à ce sujet. Mais il ne renonce jamais à la liberté du critique, qui fait partager ses expériences fondatrices, et dont les choix engagés ont souvent compté pour la mélomanie. À la fois guide d´écoute et essai sur l´interprétation, cet ouvrage entend donner des clefs pour découvrir ou redécouvrir les plus grandes figures du piano du siècle passé et quelques-unes de celles qui accompagnent notre temps.

    95 morceaux de musique sont inclus dans ce livre numérique enrichi. Les oeuvres choisies font entendre les interprètes dans un moment particulièrement significatif de leur art.

    L'auteur Journaliste et critique musical au Monde de la musique et au Monde pendant plus de trente ans, Alain Lompech est aujourd´hui conseiller des programmes à la direction de France Musique. Auteur d´un grand nombre d´articles sur l´histoire de l´interprétation pianistique, il participe régulièrement à des jurys de concours internationaux.

  • Le livre D´Arturo Toscanini à Simon Rattle, Christian Merlin campe ici cinquante portraits de chefs d´orchestre parmi les plus mythiques du XXe siècle. Avec un grand sens du récit et de l'anecdote significative, il retrace la vie et la carrière de chaque chef, en même temps qu´il donne les clés de son art et les principaux éléments de sa discographie. Une extraordinaire galerie de portraits, qui constitue aussi une excellente introduction à l'art de la direction d'orchestre.

    37 morceaux de musique sont inclus dans ce livre numérique enrichi pour un total de huit heures de musique. Les oeuvres choisies font entendre les interprètes dans un moment particulièrement significatif de leur art.


    L'auteur Christian Merlin est critique musical au Figaro et pour la revue Diapason. Également maître de conférences en musicologie et études germaniques à l´université de Lille 3, il est l´auteur d´un ouvrage consacré aux musiciens d´orchestre, nourri par de longues années de fréquentation des instrumentistes et des chefs.

  • Le livre C´est à l´âge de dix-neuf ans que Robert Schumann fit la connaissance de Clara, enfant prodige du piano. Ils jouaient ensemble à quatre mains, il improvisait pour elle. Leur amitié passionnée se transmua bientôt en un amour conscient de lui-même, auquel s´opposa vigoureusement le père de Clara. Après trois années de souffrance et de clandestinité, ils passèrent outre le refus paternel et se marièrent le 15 septembre 1840. Les lettres publiées dans ce volume s´arrêtent à cette époque.
    Unique de simplicité et d´émotion romanesque, cette correspondance nous donne à voir deux existences pour lesquelles l´amour et la musique ne sont qu´une seule et même chose. Chez Clara, l´on découvre aussi un amour filial torturé, et ce que la vie de virtuose comporte, même dans le succès et la gloire, de travail forcené et de solitude. Chez Robert, se dévoilent les souffrances et exaltations de la création.
    Un duo extraordinaire, où l´enthousiasme et la sagesse, la fierté et l´humilité, l´ardeur, et surtout l´appel constant de la musique, se font entendre dans la joie et la douleur d´une adoration réciproque.
      Les auteurs Robert Schumann (1810-1856) et sa femme Clara Wieck (1819-1896) forment sans doute le couple de musiciens le plus célèbre de l´histoire de la musique. Lui comme compositeur de génie, elle comme la première femme virtuose de l´histoire du piano.

  • Ce livre a pour sujet la harsh noise. Cet art sonore actuel, bruitiste, généralement indépendant interroge l'esthétique à plusieurs égards. Réputé intense, voire violent (harsh signifie abrasif), proposant à l'auditeur un phénomène non structuré, particulièrement complexe et erratique, dans une mise en question des gestes de contrôle de la composition, il confronte la pensée aux limites de l'expérience musicale et à l'indiscernabilité du genre. Cependant, de nombreux performers de cette scène très active ont un discours réflexif et construit sur leur pratique. De Merzbow à Zbigniew Karkowski, la noise se décrit, se pense, voire se théorise. Et il en va de même pour ses auditeurs, souvent enclins à réfléchir leur expérience, dans sa singularité et son ambiguïté.
    S'appuyant sur ces discours d'auditeurs et de performers, cet ouvrage envisage ainsi la noise du côté de ses écoutes, en deux moments : 1) un essai d'esthétique qui s'interroge sur l'écoute engagée dans ce type de pratique sonore et de son rôle constitutif pour ce genre ; 2) les réponses à un questionnaire d'écoute et des entretiens qui permettent de comprendre comment une telle esthétisation du bruit s'avère possible. Ils mettent au jour les stratégies développées à cet effet, de manière plus ou moins consciente : éducation du sens, gestion de l'inconfort, imaginaires corporels, dans des termes qui singularisent la noise par rapport aux musiques expérimentales qui peuvent également ouvrir l'écoute au bruit du monde.
    L'enjeu de cet ouvrage est alors, également, de montrer en quoi un art sonore actuel et marginal peut engager des questionnements traditionnels en philosophie : question de l'ambiguïté du plaisir esthétique, de la venue à la forme, de l'éducation des sens...
    Cet ouvrage a reçu le soutien du Centre National du Livre.

  • Ni étude musicologique, ni biographie de Chopin, cet ouvrage se veut tout ensemble une « vie et oeuvre ». C'est la musique qui commande ici la biographie cette musique intime, qui parle à l'oreille, et où tout est bon (aucune page n'est à jeter chez Chopin) et tout est court.
    De chef d'oeuvre en chef d'oeuvre, on suit le musicien depuis la violence de ses vingt ans (et de ses partitions) à une certaine forme d'apaisement psychique et de stabilisation amoureuse (et un passage à la tonalité majeure), avant la ruine finale.
    Un ouvrage en ombres et en lumières, tout entier nourri par l'amour de la musique de Chopin.

  • Arno

    Thierry Coljon

    Quand il fit son entrée en Belgique par La Panne, Léopold Ier ignorait sans doute qu'il inaugurait la trajectoire Ostende-Bruxelles, ligne qui sera pour sa nouvelle partie fertile en nombreux rois des lettres et des arts belges. Un des plus baroques, un des plus "vrais" de ces souverains est à la fois une figure familière des Bruxellois et une icône nationale. L'homme qu'on croise régulièrement dans la rue et la star rock partagent un point commun : on les reconnaît sans les connaître. Grâce à l'article de Thierry Coljon, relu et augmenté par le chanteur en personne, Arno acquiert encore une nouvelle dimension à nos yeux, toujours plus joyeux au contact de cette oeuvre qui nous travaille les tripes. Comme à Ostende ou comme à Spa où je le vis sur scène, je me dis toujours : "Ça me parle. Oui, c'est du belge !"

  • Introduction et notes de Nathalie Krafft C´est un objet unique, engendré par une infirmité. La surdité de Beethoven était devenue telle les dix dernières années de sa vie que ses amis, ses proches, ses visiteurs durent recourir à l´écriture pour s´entretenir avec lui. Sur des tablettes qui restaient à portée de sa main, ou dans des carnets qu´il conservait toujours dans ses poches, ils écrivaient questions ou réponses grâce auxquelles nous connaissons aujourd´hui ses propos quotidiens, des soucis domestiques aux événements du temps, de ses lectures à son goût pour les bons mots, jusqu´aux esquisses musicales jetées sur le papier.
    Ainsi se sont forgés au fil des jours les Cahiers de conversation, un document exceptionnel qui nous plonge dans la vie musicale viennoise au tournant du XIXe siècle et nous offre un extraordinaire accès à l´intimité du compositeur, saisi aux moments les plus cruciaux de sa vie créatrice.

  • David Bowie, Bob Dylan, Beatles, Rolling Stones, Françoise Hardy, Serge Gainsbourg, Jane Birkin, Michel Polnareff, Renaud, Christophe, William Sheller, Roxette, Lenny Kravitz, Téléphone, Elton John, Police, R.E.M., Telex... Découvrez sous un autre jour les artistes qui ont marqué les dernières décennies ! Avec beaucoup d'histoires méconnues ou inédites : Quand Bob Dylan fait fumer aux Beatles leur premier joint ; Comment David Bowie trouve son pseudonyme en regardant Fort Alamo avec John Wayne ; L'enregistrement de I'm not in love de 10cc ; Quand Billy Joël premier rockeur à jouer avec un groupe en URSS chante le premier soir... sans micro ; Quand Genesis donne son premier concert à l'étranger, en Belgique, dans une ferme et loge chez l'habitant ; Les petites nymphes des années 90 (Natalie Imbruglia, Alanis Morrissette, Meredith Brooks...) ; Woodstock, une affaire d'argent ; Quand Michael tente d'organiser un contre Live Aid ; Quand Michel Polnareff débarque à l'improviste en pleine émission du Grand échiquier ; Brice Depasse réalise depuis 2001 "La Story", la chronique musicale de référence de Nostalgie à laquelle s'est ajoutée, en 2010, une seconde séquence quotidienne, "Pop Culture". Fort d'une expérience passée sur une chaîne du câble, il réalise et présente également pour Nostalgie des émissions et séquences vidéos.

  • Pascal Dusapin est aujourd'hui le compositeur français vivant le plus célèbre. Il a composé, depuis quatre décennies, selon diverses manières, toutes atonales et néanmoins de plus en plus « accessibles » au public.
    La plus récente (son « troisième style »), empreinte de lyrisme, ne s'interdit plus les envoutantes textures de cordes, et serait en quelque sorte néo-romantique mais dans le strict cadre du timbre. La première, encore xénakienne, hérissée de quarts de tons et de tremoli néo-expressionnistes, était celle des années 1980. La seconde occupe cet ouvrage. C'est ce qu'on appelle « l'intonation ». Dusapin, durant les années 1990, assoie une « modalité restreinte » qui semble imiter, à l'instrument, les prosodies de la voix parlée. Il en résulte une permanence incantatoire, qui parle littéralement à l'auditeur.
    Ce livre commence par examiner comment la linguistique pourrait admettre de petits modes musicaux dans la parole. Puis on tente de présenter, techniquement, « l'intonationnisme » de Dusapin, qui culmine peut-être dans Watt (1994), le concerto pour trombone. Enfin on dégage une esthétique, l'écho. C'est une approche du tréfonds commun à l'homme et à l'animal, « sale », archaïque, prosaïque, en réaction historique aux scientismes sériels puis spectraux, et qui replace la voix, en tant qu'affect brut, au coeur de la musique contemporaine.
    Cet ouvrage est une réédition de Pascal Dusapin. L'intonation ou le secret (éditions mf, 2002), réaménagée et actualisée en son introduction.

  • Robert Soubeyran, professeur au « Conservatoire National de Région » de Montpellier, organiste, pédagogue et compositeur, a bénéficié de l'appui de grands musiciens tels qu'Alfred Cortot ou Olivier Messiaen.
    C'est cependant sa rencontre avec Omraam Mikhaël Aïvanhov qui a répondu aux questions que se posait son âme de musicien. C'est auprès de lui qu'il a pu trouver la voie lumineuse à laquelle il aspirait.
    De nombreuses pensées d'Omraam Mikhaël Aïvanhov illustrent parfaitement sa vaste compréhension de la musique dans tous ses aspects et dimensions, physique, psychologique, pédagogique et spirituel.
    Cet ouvrage s'adresse aussi bien aux amateurs qu'aux musiciens et chanteurs. Il éclaire le sens profond et mystique de la musique.
    « La musique est une respiration de l'âme et de la conscience. C'est par la musique que l'âme se manifeste sur la terre. Quand la conscience supérieure s'éveillera en l'homme, quand il développera en lui des possibilités de perceptions plus subtiles, il commencera à entendre cette symphonie grandiose qui retentit à travers les espaces, d'un bout à l'autre de l'univers, et il comprendra alors le sens profond de la vie. »
    Omraam Mikhaël Aïvanhov
    Table des matières
    Préambule
    Souvenir d'enfance
    Chapitre I Les vibrations sonores Leurs effets
    Chapitre II Découverte du son
    Chapitre III Approches des harmoniques
    Chapitre IV La vibration cosmique
    Chapitre V Le musicien dans une école initiatique
    Chapitre VI La mission des compositeurs
    Chapitre VII La mission des interprètes
    Chapitre VIII L'harmonie universelle
    Conclusion

  • Le 27 octobre 2013, le monde du rock est en deuil. Lou Reed, surnommé le « King of New York » par son ami David Bowie, s´est éteint à l´âge de 71 ans. On associe souvent le Velvet Underground et le tube « Walk on the Wild Side » à ce grand musicien et compositeur new-yorkais, mais son oeuvre est bien plus étendue et riche que cela.



    Sous forme de biographie discographique, cet ouvrage plonge le lecteur dans la réalisation de chaque album, du premier opus du Velvet Underground en 1967 à la sortie de l´album « Lulu » en 2010, que Lou Reed avait cosigné avec le groupe Metallica.



    À travers une analyse détaillée de chaque album, parsemée d´anecdotes ainsi que de nombreux nouveaux témoignages exclusifs de proches (musiciens, producteurs, ingénieurs du son...), on découvre une autre facette de l´artiste. Si son image médiatique était celle d´un musicien assez rude, pouvant notamment être désagréable avec la presse et avec son public - on découvre ici un homme certes strict et exigeant avec ses musiciens, mais aussi très généreux et capable d'ouvrir son coeur.



    Grâce à la musique et aux textes de Lou Reed, on découvre son histoire, ses amours, ses joies, ses déceptions, ses blessures du passé, ses combats mais aussi une passion incommensurable pour la guitare et le rock´n´roll.



    « Lou Reed. On The Wild Side » est un compagnon idéal pour découvrir ou redécouvrir la discographie et la vie d´un des plus grands compositeurs rock du 20e siècle.

  • Préface de Benoîte Groult.


    Pour la première fois, l´histoire de l´amour fou qui unit durant dix-huit ans Madeleine et Léo Ferré est racontée de l´intérieur, par la fille de Madeleine, qui partagea leur quotidien dès l´âge de cinq ans. Celle pour qui Léo Ferré écrivit  "Jolie môme" évoque la misère des débuts, le succès, la gloire et... les dérives. Elle assiste à la création de plus de deux cents chansons, aux rencontres avec André Breton, Aragon, Louise de Vilmorin, le prince Rainier - pour ne citer qu´eux - et partage la passion du couple pour les animaux, des saint-bernard aux oiseaux en passant par les chimpanzés ! Témoin privilégié de cette époque peu connue de la vie de Léo Ferré, Annie Butor réhabilite la mémoire de sa mère et trace un portrait émouvant, mais sans concession, de ces deux êtres exceptionnels.

    Un témoignage unique.

     

  • Dans cet ouvrage traversé par la passion de l'art et de la vie, il est bien sûr beaucoup question de musique : le compositeur et chef livre des pages captivantes sur la répétition d'orchestre, et plus généralement sur le fonctionnement de cette « société idéale ».

  • Un hommage mélodieux, parcours et rétrospective de vie d'un artiste
    Après de trop longues années dans l'oubli des scènes musicales, Benjamin GODARD revient nous enchanter.
    Très jeune, déjà doué d'un grand talent pianistique et violoniste, puis brillant compositeur d'une grande fécondité, il a su nous laisser la douce et belle empreinte de ses compositions musicales, de ses harmonies, ses succès et ses désillusions, aussi. Un novateur, un maître d'une grande sensibilité. S'il aimait les honneurs, il détestait la notoriété tapageuse. C'était un romantique comme le voulait son siècle, il en avait l'allure et le regard. De nos jours, très nombreuses sont ses oeuvres enregistrées sur CD ou jouées dans le monde entier. Son répertoire romantique est apprécié tant par des chefs d'orchestre que par les chambristes, les quatuors ou les pianistes. Ses opéras sont aussi fortement applaudis.
    Il était de mon devoir de lui rendre un hommage épistolaire. Si les mélomanes avertis savent en gouter les mélodies, je tenais avec fierté à en cultiver la mémoire. À travers sa généalogie, son oeuvre et sa vie amoureuse, j'ai retracé avec autant de vérité, le portrait de la vie de mon aïeul, Benjamin.

  • Claude Nougaro, Keith Jarrett, deux artistes internationalement connus et plébiscités. L'un est chanteur et poète. L'autre est pianiste et compositeur. Si l'auteur a souhaité les rapprocher dans cet ouvrage c'est d'abord que ces deux musiciens ont compté plus que tout autre dans sa vie. C'est ensuite parce que tous deux ont chanté l'amour à l'instar de ces troubadours du lointain moyen âge. Nougaro l'a fait avec sa voix et ses mots, Jarrett avec ses doigts sur le clavier et son corps embrassant le piano.
    ' Il ne s'agit pas ici d'une biographie mais de l'évocation sincère de ce qui résonne en moi à l'écoute de ces deux troubadours de notre temps et que j'ai voulu partager'.

empty