• Tout débute un beau jour quand le narrateur trouve une chose par terre, dans la rue. Une chose ? Quelque chose, de forme ovale, à la fois mou et dur, qu'il ne parvient pas à identifier mais qu'il prend dans le creux de sa main.
    Commence alors pour lui une étonnante divagation où, guidé par sa recherche, il connaîtra mille et une aventures : lors de son voyage, il rencontrera des universitaires spécialistes de littérature israélienne, une troupe de cirque d'un genre un peu particulier, un groupe de Juifs à la poursuite de leur utopie, et non pas une, mais deux femmes prénommées Shloma.
    De rencontres inopinées en hasards improbables, l'équipée de notre héros se relance à chaque fois. Car bien sûr tous ces personnages hauts en couleur ont un point commun : ils ont chacun un avis sur la question.

  • Voici l'histoire d'une rencontre entre deux hommes solitaires, maigrichons et plus tout jeunes. Le premier, Kilgore Trout, obscur auteur de science-fiction, passe ses soirées à prédire l'apocalypse à son seul ami, Bill, une perruche. Quant à Dwayne Hoover, riche concessionnaire Pontiac dont l'unique compagnon est un chien nommé Sparky, il est sur le point de perdre la tête. Lorsque Kilgore Trout rencontre Dwayne au cours d'un festival, il lui offre l'un de ses romans. La lecture de ce livre va transformer Dwayne en monstre.

  • Dans ce livre incroyable, Picabia se moque de tout, y dézingue tout. S'il y met à mal les idées, les sentiments, les principes, les conventions, déconstruit la réalité, rit de tout et de rien, et même de lui, c'est que jouer c'est vivre, autant que aimer ou travailler. Un véritable livre de chevet impertinent, construit de fulgurances poétiques teintées de dérision, profondément imbibées de nihilisme qui dérangent autant qu'elles amusent. Sans aucun doute le grand texte de Dada à Paris et le chef-d'oeuvre littéraire de Picabia, dont il est à l'image : brillant, scandaleux, provocateur, désinvolte. Ridiculisant l'art et les artistes, la littérature et les écrivains, les bourgeois et les poètes, rejetant toute forme d'autorité, Jésus-Christ Rastaquouère est exemplaire de l'esprit du moment.

    Peintre, graveur et écrivain français, Francis Picabia (1878-1953) l'un des artistes polymorphes les plus productifs du XIXe siècle. Proche de Braque et Picasso à ses débuts, il fait scandale aux côtés de Duchamp à l'Armory Show en 1913. Suite à ce succès international, il prend une part active dans les mouvements d'avant-garde de l'époque. Polémiste, agitateur et iconoclaste, il anime aux côtés de Tristan Tzara les manifestations Dada à Paris, avant de rompre avec ses comparses en 1921.

  • Le revenant

    René Belletto

    Le destin met la main sur Marc à Barcelone, le tourne dans la direction des enfers et pousse un bon coup. Marc, docile, suit le mouvement jusqu'à Lyon, sa ville natale.
    Le piège (infernal) s'est mis en place.
    La mort lui ravit des êtres chers. Et voilà qu'on veut à toute force lui arracher un secret dont il ne connaît pas un traître mot. Et il a beau se débarrasser des revolvers que le destin lui fourre entre les mains, d'autres les remplacent aussitôt. De sorte que malgré qu'il en ait les cadavres se mettent à fleurir le long de sa route. (Il arrive qu'il prenne le temps de les enterrer, à minuit, avec l'aide de son ami Miguel.) Lui-même meurt plusieurs fois, ou peu s'en faut.
    À Nice, il s'accroche à Mado, le temps d'une halte amoureuse. (Reconnaissons qu'il s'accroche bien : à l'aube, note-t-il du fond de sa détresse, le lit clapotait comme un gué franchi au grand galop par un troupeau d'éléphants).
    Après Nice, l'Italie, terre de ses ancêtres. Long, long voyage de retour. Sera-ce un retour simple, commence-t-on sérieusement à se demander. Car le destin se réjouit : croyant s'éloigner des mâchoires du piège prêtes à se refermer dans un claquement de tonnerre, Marc se précipite dedans, il fonce vers la Sicile! D'ailleurs il est toujours le premier là où il ne devrait pas être. Et c'est un as du volant. Même avec une voiture loqueteuse, il ne craint personne (sauf, précise-t-il honnêtement, un conducteur de Porshe ancien pilote de course portant d'urgence un médicament à sa mère mourante, là il faudrait voir.) Étrange engrenage. Si étrange et terrible que finalement c'est le lecteur qui n'en revient pas.

  • Vraie fausse biographie du père anonyme de Guillaume Apollinaire, un ecclésiaste passionné de poésie qui proclame la Réalité de l'Âme et de l'Oignon et prêche le pölätüonisme, Le Cardinal Pölätüo est une oeuvre aussi scandaleuse que drôle. Tel un funambule en équilibre sur la corde sensible du blasphème et de l'humour loufoque, Themerson détourne le genre biographique en une fiction subversive d'une intelligence rare et d'un humour décapant. Au détour des pages, on croise les frères Goncourt, Karl Marx, Anatole France ou encore Berkeley. Que du beau monde ! Entre les formules mathématiques prouvant l'existence de trois réalités, des sophismes à en perdre la tête, les chants d'un ivrogne ou la mystérieuse Règle de la Main Droite, quand il est question d'absurde, il y en pour tous les goûts !

  • Quitte à prendre la porte, autant soigner sa sortie !

    Et si la démission n'était plus un saut dans le vide mais un vol plané soutenu par une nuée de ballons multicolores ? Si claquer la porte, au lieu de mener droit dans le mur, offrait un appel d'air, une occasion de régler ses comptes en tout bien tout honneur - et malice. Car il ne faut jamais perdre de vue que le travail, quel qu'il soit, reste une farce.

    Pour tous les velléitaires de l'abandon, les victimes du ras-le-bol général, les dépressifs chroniques ou occasionnels, voici un petit guide de la rupture qui leur donnera les raisons (ou la manière) de franchir le pas.

    Un exercice de style jubilatoire et salvateur, à savourer comme un pot d'adieu.

  • « Dans la petite capitale toute brillante, ils déambulèrent et trouvèrent assez rapidement ce qu'ils cherchaient : un hôtel, palace de glace. Dans la chambre éblouissante, ils se promenèrent vêtus de fourrures et dégustèrent avec délice des harengs transparents, des sorbets au gingembre et de l'aquavit. Ils dansèrent en riant de soulagement, de joie et d'amour au son de quelques grandes valses de Frédéric Chopin, puis ils se dévêtirent, s'admirant mutuellement au milieu de ces grands bijoux gelés, puis plongèrent sous la peau d'ours et fêtèrent dignement leur libération. » Entre polar, rigolade et poésie, les folles aventures de Viandox et Spontex sont suivies de quinze histoires dont Brigitte Fontaine a le secret.

  • Lucie au paradis

    Jerome Abranel

    SCIENCES HUMAINES - SUJET DE COMPOSITION

    Énoncé du problème :

    À un instant  t  de son parcours, une jeune femme (L) aborde l'existence avec ferveur et optimisme, grâce à sa foi un peu fleur bleue dans les anges gardiens.
    Cependant, un destin contraire se plait à lâcher quelques tuiles (T1, T2, T3, ...) sur le coin de son joli minois, entravant sa route vers un supposé paradis terrestre (P).

    Questions : 

    D'après ce que la vie vous a enseigné (QI) :

    - Un lâcher de tuiles (T1, T2, T3, ...) peut-il avoir raison d'une nature optimiste ?

    - Est-il naïf de croire dans les anges gardiens ?

    - Verra-t-on un jour (L) au (P) ?

    Rédaction libre.  

    (corrigé page 6)

    Durant son premier demi-siècle, Jérôme Abranel a été, successivement puis concomitamment, un gros bébé, un gamin bavard, un étudiant vorace, et un homme sérieux, occupé à préserver le lien aussi ténu que complexe entre hommes et organisations.

    Au virage de la cinquantaine, il a réalisé que le moment était venu d'arrêter de se raconter des histoires. Il a choisi depuis de les raconter aux autres. 

    Lucie au paradis est la seconde d'entre elles, après Un coeur pur (2019).

  • Lundi 28 avril 1975, Paris, Quai des Orfèvres. May Saporta sort une carte magnétique de la boîte à gants et la glisse dans la borne d'accès du parking réservé au personnel. Une spirale plus tard, elle se gare à la place 102 B. L'ascenseur l'aide à refaire surface pour se présenter à l'agent d'accueil du 36. Elle pose son sac sur le tapis du détecteur, passe sous un portique criard et entreprend de gravir l'étroit escalier menant au bureau du commissaire. Le tueur de Bois-Colombes vient de faire une nouvelle victime. Les journalistes s'en donnent à coeur joie, fouillant la pénombre des couloirs à la recherche du bureau de l'infortuné limier chargé de la vilaine affaire.
    Embarquez pour une surprenante enquête menée avec humour par le commissaire Lefol. Un anthropologue, une criminologue et une brigade très spéciale le secondent dans sa difficile entreprise. Tous vont nous entraîner, sans craindre de revisiter quelques clichés, sur les traces du mystérieux Lotus Bleu.

  • Terré dans une petite maison fatiguée, un homme lassé, solitaire, mystérieux, semblant se contenter d'une vie médiocre, voit avec surprise, un soir d'automne, une jeune femme inconnue s'imposer en force chez lui. Faussement sûre d'elle, godiche, attachante et loufoque à souhait, elle va contre toute attente, révolutionner sa vie.

    À l'ombre d'une étrange demeure abandonnée où dort un secret, ils auront trois jours pour redécouvrir la liberté, le charme de la dérobade, la saveur de l'indolence, la douceur des mots, l'importance des petits rien et l'impossible amour des enfants perdus.

    Dans une fuite lamentable, il s'installe au soleil où il mène une harmonieuse existence bancale.

    Il revient alors au milieu des fantômes, sur les lieux qu'il croyait avoir oubliés, à la recherche, après ce temps gâché, du grand amour perdu.

empty