• Avec quarante ans d'édition, cinq cents préfaces, vingt ans de collaboration aux prestigieuses collections " 10-18 " et " Bouquins " ; en réhabilitant la bande dessinée et la littérature populaire ; en défendant une contre-histoire du cinéma, Francis Lacassin se révèle le plus atypique des éditeurs, côtoyant aussi les contrebandiers de l'or du Golfe persique et explorant les ruines des villes de l'or du Klondike. Il a publié les cinquante-deux volumes des oeuvres de Jack London considéré à l'époque comme un " écrivain pour la jeunesse " et, véritable chien saint-bernard des sinistrés de la littérature, il a réanimé de prodigieux inconnus et a révélé les aspects méconnus de personnages célèbres : Simenon, Lewis Carroll, Casanova, Blaise Cendrars, Albert Londres, Guy Schoeller... Plus que le récit d'une carrière initiée chez Pauvert, lesMémoires de Francis Lacassin montrent un destin d'éditeur qui se poursuivra dans l'au-delà où, croit-il, il aura enfin le temps de lire, quelle que soit leur langue, tous les livres du monde.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Dans cette traversée qu'est la vie, à l'égard des autres ou de nous-mêmes, nous sommes tous des passagers clandestins, écrit Francis Lacassin. Ainsi nous révèle-t-il la face nocturne, secrète, de certains hommes célèbres. Le dialogue de Conan Doyle et de Victor Hugo avec l'au-delà ; le monologue de Schopenhauer sur la télépathie et les fantômes ; l'activité de bricoleur des merveilles du révérend Charles Dodgson ; les talents de dépanneur du fantastique Lovecraft ; les vertus guerrières du poète D'Annunzio, annexant la ville de Fiume contre la Société des Nations. Cette hygiène révélatrice, l'auteur l'applique à des personnages de roman (Mon oncle Benjamin, le subversif) ou de légende. Après avoir élucidé l'énigme du voilier Marie-Céleste, démontré l'inexistence du Masque de Fer et la réalité de l'abbé Faria, il innocente Mata Hari, la plus célèbre des espionnes. Sous le signe de la poésie et du surréel, c'est une nouvelle traversée du miroir des apparences, une plongée dans la coulisse des mythes et des légendes, la révélation des jardins secrets.

  • Je suis entré dans l'Empire caché en des temps de misère et de désespérance ; quand les écoliers de France se muaient en récupérateurs de métaux non ferreux, et en collecteurs de glands pour faire du café ersatz... Dans ce monde merveilleux, accessible seulement à ceux qui partagent le secret d'Aladin, Francis Lacassin a rencontré des personnages fatidiques et des mythes éternels. Les miséreux des Mystères de Paris ; les habits noirs, multinationales du crime, Fantômas, le maître du crime encensé par Apollinaire, Cendrars, Cocteau et les surréalistes. Mais aussi, Gaston Leroux, inventeur de Rouletabille et du mot historique attribué au général Pershing : Lafayette, nous voici !,. Gustave Le Rouge, pour l'oeuvre duquel Cendrars donnait tout Mallarmé. Fu Manchu, libérateur du tiers monde acharné à ruiner l'Occident... avant de le sauver du péril communiste. Harry Dickson, le détective oublié, trouvé par Alain Resnais au kiosque de la gare de Vannes. Elle-qui-doit-être-obéie qui, au fond du volcan, peuplé de morts embaumés, attend depuis deux mille ans la réincarnation de l'homme qu'elle aime et qu'elle avait tué. Tarzan, l'orphelin de la jungle, qui fait surgir des civilisations et cités perdues, où d'autres ne trouveraient que du pétrole. Sous la conduite d'un guide qualifié, une flamboyante croisière au royaume des mythes qui ont enchanté plusieurs générations.

  • « Il n'y en a plus ! » écrivait Voltaire, en 1764 dans son Dictionnaire philosophique. Mais depuis qu'ils sont partis, chassés par la Raison, on n'a jamais autant parlé d'eux. Expulsés des imaginations campagnardes, les vampires ont pris leur revanche en s'installant dans la littérature : tous les grands écrivains ont eu à coeur de célébrer au moins une fois leurs crimes, constituant ainsi la galerie imaginaire des « Grands Saigneurs ». En se limitant, à la langue française, Francis Lacassin a réuni les histoires les plus significatives écrites depuis Cyprien Bérard (1820) à Claude Klotz (1974) en passant par Th. Gautier, Alexandre Dumas, Maupassant, Léon Bloy, Jean Lorrain, Gustave Le Rouge, Jean Ray, J. L. Bouquet, Pierre Boileau, Claude Seignolle. Chacun d'eux, réalisant des prouesses pour renouveler le mythe sans le trahir, tout en badinant parfois avec lui. Un festival du frisson agréablement provoqué.

empty