• " Ce livre est mon adieu à l'anglais ": Ngugi wa Thiong'o, romancier kényan, n'y va pas par quatre chemins, il décide que désormais, il n'écrira plus qu'en kikuyu. Pour un auteur dont les oeuvres sont largement diffusées dans le monde anglophone, c'est une lourde décision, dont Décoloniser l'esprit, écrit en 1986, explique les raisons. L'origine remonte à une "Conférence des écrivains africains de langue anglaise", organisée en 1962, en Ouganda : elle excluait les auteurs écrivant dans l'une ou l'autre des langues africaines, et le jeune Ngugi se posait alors la question : "Comment a-t-il été possible que nous, écrivains africains, fassions preuve de tant de faiblesse dans la défense de nos propres langues et de tant d'avidité dans la revendication de langues étrangères, à commencer par celles de nos colonisateurs ?" A travers son parcours personnel de romancier et d'homme de théâtre, Ngugi wa Thiong'o montre que le rôle donné aux littératures orales africaines, la vision de l'Afrique comme un tout et non comme un découpage issu de la colonisation, la référence aux traditions de résistance populaire, tout cela qui passe par la langue est la condition nécessaire pour décoloniser l'esprit. Ngugi wa Thiong'o est actuellement professeur et directeur de l'International Center for Writing and Translation à l'université de Californie à Irvine.

  • Un regard pertinent et engagé sur l'Afrique par l'un de ses plus grands écrivains.

    Depuis plus de soixante ans, Ngugi wa Thiong'o écrit avec courage sur l'histoire,

    les défi s et les perspectives des sociétés africaines contemporaines, au risque de sa

    liberté puisqu'il fut emprisonné pendant un an au Kenya et l'objet de tentatives

    d'assassinat par la suite.

    Pour une Afrique libre réunit des essais écrits durant ces dernières années, traitant

    de thèmes chers à l'auteur : la nécessité de l'estime de soi chez les Africains, trop

    souvent enclins à mépriser leur propre culture ; le non-sens des étiquettes tribales,

    à l'origine accolées par les étrangers aux peuples africains pour mieux les diviser ;

    la mondialisation économique qui place l'Afrique sous l'emprise du fondamentalisme

    capitaliste ; le rapport de l'écrivain africain à sa ou ses langues ; l'esclavage

    et son héritage toujours vivace dans les sociétés contemporaines ; le rôle de l'intellectuel

    au XXIe siècle ; l'Afrique confrontée aux menaces d'armes de destruction

    massive ; l'écriture comme instrument de paix...

    Ces textes sont portés par la lucidité de Ngugi wa Thiong'o : le continent est

    aujourd'hui affaibli par les puissances occidentales qui aiguisent ses rivalités

    internes pour mieux le maintenir en guerre et lui vendre des armes, qui pillent ses

    matières premières à vil prix et l'empêchent de prendre son indépendance économique.

    Pourtant, l'Afrique, dotée de ressources humaines et matérielles colossales,

    peut reprendre le contrôle de son destin, mais il est indispensable qu'au préalable

    les dirigeants écoutent leurs peuples, respectent leurs cultures et leurs ambitions,

    obtiennent leur confi ance.

    Une grande voix africaine retentit dans ce livre : sans concession, elle trace des

    pistes d'espoir.

empty