• « Dix mille ans ou dix mille jours, rien ne peut arrêter le temps, ni changer le fait que j'aurai soixante-dix ans au cours de l'Année du Singe. Soixante-dix ans. Un simple nombre, mais qui indique le passage d'un pourcentage significatif du temps alloué dans le sablier. Les grains se déversent et je remarque que les morts me manquent plus que d'habitude. Je remarque que mes propres larmes me brûlent les yeux, que je cours moins vite et que ma notion du temps qui passe s'accélère. » L'année du singe se présente à la fois comme un récit de voyage à travers les Etats-Unis et le Portugal, un carnet de rêves et de conversations imaginaires, et une méditation lucide sur le passage du temps, le deuil et la compassion. Au fil de ses déambulations solitaires, Patti Smith déroule l'année 2016, année du singe dans le calendrier chinois et année charnière de ses soixante-dix ans. Au cours de 17 chapitres ponctués de 35 photos Polaroïd, elle tisse avec pudeur et mélancolie la toile de cette année singulière marquée par des bouleversements intimes (la mort d'amis chers) et politiques (l'élection de Trump), sans jamais s'abandonner à l'apitoiement ni au désespoir. Elle célèbre au contraire la littérature, l'art et les pouvoirs de l'imagination, offre sa sagesse optimiste et sa finesse d'esprit, rappelant, s'il en était besoin, qu'elle est l'une des créatrices les plus talentueuses de notre temps.

  • Vivre la nuit, rêver le jour ; souvenirs Nouv.

    "Personne ne peut expliquer vraiment qui il est ni ce qu'il aime. Il y a trop de paramètres cachés et mystérieux. Pour créer, je me sers de ces choses qui sont terriblement secrètes et ancrées en moi, de souvenirs très importants. Plus j'avance, plus je reviens en arrière, plus j'aime l'intouchable que j'étais."

    Les souvenirs bruts et incandescents de la plus singulière étoile de la chanson française.
    Enfant d'une famille italienne aimante mais chaotique, jeune dragueur de Saint-Germain-des-Prés, fan d'Elvis et de John Lee Hooker, version frenchy de James Dean, dandy moustachu en smoking crème, fou de bagnoles, chasseur de sons aux verres fumés, Christophe a traversé avec élégance les époques sans jamais se démoder.
    Du Golf-Drouot à la salle Pleyel, du hit-parade au frisson underground, ses souvenirs dessinent une autre histoire de la chanson française. Esthète, obsessionnel, anticonformiste, Christophe s'apprêtait à publier le récit sans filtre de son existence quand la mort s'est interposée.

  • Le dictionnaire de ma vie

    Eddy Mitchell

    • Kero
    • 7 Octobre 2020

    Autodidacte
    Belleville
    Chanter
    La Dernière Séance
    Écriture
    Famille
    Gastronomie
    Bill Haley
    Interdit
    Johnny
    Kaki
    Littérature
    Mauvaise foi
    Nashville
    Orchestre
    Première fois
    Quiproquo
    Rencontres
    Saint-Tropez
    Traversée du désert
    Ultime
    Vieilles Canailles
    Winchester
    Rayons X
    Yeah
    Zorglub

  • Né pauvre dans le Mississippi du début du XXe siècle et mort à seulement 27 ans, Robert Johnson fait figure de météore dans l'univers de la musique américaine. Au cours de sa carrière chaotique, il n'a enregistré que vingt-neuf chansons qui l'installèrent pourtant comme l'un des plus grands bluesmen de tous les temps. En vingt-neuf chapitres habilement agencés, Jonathan Gaudet imagine la brève existence d'un homme dont la légende dit qu'il aurait vendu son âme au diable en échange de la renommée. Vingt-neuf morceaux devenus des références ; vingt-neuf routes qui se rejoignent dans la nuit ; vingt-neuf âmes patientant à la croisée des chemins.

    Né au Québec à Joliette en 1977, Jonathan Gaudet a fait des études de littérature, puis a enseigné le français en Argentine, en Louisiane, à Prague et à Athènes. Installé en Grande-Bretagne, il partage son temps entre l'enseignement, la musique et l'écriture. Il est l'auteur de plusieurs romans dont La Piscine (Héliotrope, 2016).

  • Tout le monde connaît ses succès : Dans un vieux rock'n roll, Le Carnet à spirales, J'me gênerais pas pour te dire que je t'aime encore, Oh ! je cours tout seul, Fier et fou de vous, Les Filles de l'aurore, Un homme heureux. Des disques d'or, de platine : ça, c'est l'écume !
    Car, avant tout, William Sheller est un musicien classique, un homme de l'orchestration. Et William est une symphonie écrite par Sheller. Une enfance marquée par un secret, l'identité de son père, et un double enracinement : le Paris des années 50, des 4 CV et l'Amérique des Cadillac. En effet, sa mère, Paulette, tombe amoureuse d'un Américain qui travaille dans des boîtes de jazz : long séjour dans l'Ohio à deux heures de route du Michigan où vit le père naturel de William, sans qu'il le sache alors. Une prédisposition évidente pour la musique, le piano. Une éducation musicale prodiguée par Yves Margat, un maître de l'harmonie, élève de Gabriel Fauré. Et puis l'influence de la musique pop anglaise.  
    Les premières auditions, le succès planétaire de My Year is a Day dont il compose la musique, la rencontre avec Barbara pour qui il travaille et chez qui il vit, et puis une femme, deux enfants. Une vie de père de famille et de vedette du showbiz qui sait choisir ses amis : folles expéditions avec Nicoletta et Patrick Juvet à Trouville, relations intenses avec Catherine Lara et Joe Dassin, plus légère avec Carlos. Une géographie zigzaguant entre Paris, la province, l'étranger. Les nuits de folie, la cocaïne, l'ambiguïté sexuelle. C'est une vie qui va vite, constellée d'étoiles et d'astres déchus. Et une oeuvre admirée par toutes les générations, de Véronique Sanson à Jeanne Cherhal.

  • Comment débusquer, mettre à nu la vie et l'oeuvre de Jimi Hendrix, si pleine de ces clichés qui font partie intégrante de sa légende? Comment une femme peut-elle déchiffrer cet homme? Comment, elle, Blanche, peut-elle ressentir son noir? Face à toutes ces questions, elle ne possède qu'une fragile certitude, le partage de la seule chose qui leur soit résolument commune : la musique. C'est de sa musique que naît la fiction, une musique dont le propos sert de fil conducteur et permet de scruter son auteur à l'aune d'une histoire qui va bien au-delà de celle du rock. En découlent ces variations biographiques et poétiques qui s'emparent de la vie d'Hendrix la moins connue, celle qui va de l'enfance aux premiers succès et tentent de mettre en lumière les lignes de force de ses univers.

    Jeanne-Martine Vacher est productrice éditoriale, journaliste, auteure et musicographe. Elle a été également l'une des voix de France Culture pendant plus de vingt-cinq ans et en charge du développement culturel à l'Opéra de Paris.

  • Rock

    Philippe Manoeuvre

    Plus que de simples mémoires, l'autobiographie de Philippe Manoeuvre est une plongée dans la vie de celui qui est devenu une légende du rock à lui tout seul, un personnage vibrionnant, un Tintin du rock'n'roll immanquablement chaussé de ses Ray-Ban, le critique rock le plus célèbre de France de ces quarante dernières années. Proche d'Iggy Pop, de Polnareff, de Gainsbourg et de tant d'autres, intervieweur des Stones plus de vingt fois, il a fréquenté les plus grandes stars et parle aux baby-boomers comme au public de la Nouvelle Star. Ce livre foisonnant d'anecdotes, qui raconte comment cet homme et tous ces musiciens ont voulu changer le monde, est à l'image de Manoeuvre  : il rocke.
    «  Le rock, c'était une passion, une religion.»  Philippe Manoeuvre dans  Quotidien
    « L'autobiographie électrique [...]   se dévore avec sourire et envie  !  »  Télérama
    «  On croise les plus grands :  Lou Reed, les Stones, Bowie, AC/DC, Johnny..
    Ca se lit à 2 000 à l'heure, c'est une tornade, une mine d'anecdotes...  »  Télématin
    À propos de l'auteur :  Après avoir suivi les plus grands (Lou Reed, The Rolling Stones, Johnny, Gainsbourg...) et travaillé, entre autres, pour  Rock & Folk,  Métal Hurlant, France Inter,  RTL,  OÜI FM ou l'émission « Les Enfants du Rock »,  Philippe Manoeuvre  est aujourd'hui considéré comme une icône du rock en France. Il  a notamment publié sa  Discothèque idéale, ainsi que les biographies de personnalités comme Michael Jackson, James Brown, Michel Polnareff et co-écrit  avec Joey Starr,  en 2017,  Le Monde de demain.

  • Nul doute pour John Cage, il serait un artiste. Mais, de là à choisir une seule et unique forme d'expression artistique, il y a toute une vie : architecture, peinture, composition de musique, théâtre, art du cirque, Cage touche à tout, laisse de côté, puis revient, et décide finalement que c'est la musique qui l'anime. Cette musique, cependant, il l'expérimente : Cage repousse les règles académiques et base ses oeuvres sur le silence et le hasard. Par ces fragments de 1989, d'une écriture fluide et ramassée, le compositeur dresse un tableau à la fois succinct et complet des moments forts et charnières de sa vie pourtant extrêmement riche, tout en va-et-vient, recherches et changements d'avis. Le tout, sans jamais se défaire de son humour et de son esprit de dérision inimitables.

    Compositeur de musique contemporaine expérimentale de génie, sans doute le plus stimulant du XXe siècle, mais aussi poète et plasticien, John Cage (1912-1992) est l'nventeur du piano préparé. Celui-ci consiste à placer divers objets entre les cordes de l'instrument afin d'en modifier le timbre, Il est aussi l'initiateur de la musique électronique. L'une de ses oeuvres les plus célèbres est sans doute 4'33'', un morceau joué en silence.

  • « Ce livre est né de toutes les curiosités que suscitent Bach et sa musique. Combien de fois ne m'a-t-on posé les mêmes questions, révélant les incompréhensions qui persistent autour du cantor de Leipzig ?
    Un compositeur très peu connu de son vivant ? Faux, on l'appelait alors le « mondialement célèbre Bach ».
    Oublié après sa mort en 1750 ? Pas du tout, Beethoven et Mozart jouaient ses oeuvres et les admiraient.
    Anna Magdalena, sa veuve, réduite à la mendicité ? Erreur, encore, puisqu'elle a bénéficié jusqu'à la fin de ses jours de pensions modestes.
    Sans descendants aujourd'hui ? Allons donc, il en existe d'assez nombreux qui honorent sa mémoire.
    Preuves à l'appui, la réalité se révèle beaucoup plus diverse et riche. Beaucoup plus intéressante, aussi. »
    Il fallait l'érudition et les talents de passeur de Gilles Cantagrel pour redonner à Bach son épaisseur et, à son oeuvre, sa portée.
    En détaillant chaque aspect de sa vie et de son héritage, il nous donne les clés pour mesurer l'importance de son apport et, se faisant, dresse un véritable monument de papier à ce pilier de la musique occidentale.
    Livre de passionné riche de mille découvertes, Sur les traces de Jean-Sébastien Bach dévoile un familier méconnu, une musique tant de fois entendue, si révérée mais jamais tout à fait comprise.
    Musicologue, ancien directeur de France Musique, Gilles Cantagrel a publié de nombreux ouvrages sur la musique, parmi lesquels Dietrich Buxtehude (2006) et Bach en son temps (1997). Il a également dirigé le Guide de la musique d'orgue (1994) et le Guide de la mélodie et du lied (1991).

  • Robert Johnson (1911-1938) aurait vendu son âme au diable, au bord d'une route, en échange de son don pour la musique. Ainsi est née la légende du blues, le fondateur du « club des 27 ».
    Assassiné à l'âge de 27 ans, sa vie était restée jusqu'à présent méconnue. Depuis plus de 50 ans, les auteurs ont interviewé ses proches avant leur disparition, analysé les archives et l'ensemble des documents qui lui ont été consacrés. Ainsi, ils reviennent sur ses sessions d'enregistrement et les moments clés de sa vie : son mariage, son séjour à Memphis, sa rencontre avec Ike Zimmerman ou encore les circonstances exactes de son décès.

  • Chilly Gonzales est l'un des musiciens les plus excitants et originaux de notre époque. Il est réputé pour son approche intimiste du piano à travers la trilogie d'albums Solo Piano, son sens du spectacle et ses collaborations avec des artistes de renommée internationale. Vêtu d'un peignoir et chaussé de pantoufles, il remplit les salles du monde entier ; en l'espace d'une soirée, il peut disséquer la musicologie d'un tube d'Oasis, donner un sublime récital de piano solo et faire preuve de sa dextérité lyrique de rappeur.
    Dans ce livre, il pose la question suivante : la musique doit-elle être soumise à une appréciation intellectuelle ou peut-elle simplement aller droit au coeur ? Chilly Gonzales s'interroge sur son propre enthousiasme pour les musiques souvent considérées d'un « goût » douteux ou discutable, et partage en chemin de nouvelles convictions sur la nature de la musique, la célébrité et le succès.

  • Brigitte Engerer ; la musique creuse le ciel Nouv.

    Un peu moins de dix ans après sa disparition, le souvenir de Brigitte Engerer est toujours bien vivant dans la mémoire de ses admirateurs. Native de Tunis, elle commence sa carrière en s'enfermant dans la salle de bains de l'appartement familial pour jouer sur un piano jouet. Très vite repérée pour son talent précoce, elle intègre la classe de Lucette Descaves au conservatoire de Paris avant d'être distinguée par le concours Long-Thibaud. Son esprit iconoclaste et aventureux l'enverra en Urss pour étudier aux côtés de Stanislas Neuhaus en 1970. Là, elle devient la plus russe des pianistes françaises, faisant la synthèse entre ces deux écoles que tout opposait. À son retour, Brigitte Engerer prend naturellement sa place parmi les grands interprètes de sa génération. Son infaillibilité, y compris dans les concertos romantiques les plus redoutables, et sa présence rayonnante n'occultent pas un tempérament plus torturé, raffiné et sensible. « Marraine » du piano français, elle a lancé nombre de carrières dont celle de Boris Berezovsky. Nathalie Depadt-Renvoisé livre ici une première biographie à l'image de l'artiste populaire qu'était Brigitte Engerer : émouvante et passionnelle.
    Psychologue et musicienne, Nathalie Depadt-Renvoisé travaille sur la place de la musique et des activités artistiques à l'hôpital. C'est dans ce cadre qu'elle a rencontré Brigitte Engerer auquel elle consacre ce premier livre. Elle a par ailleurs collaboré à plusieurs revues musicales.

  • « Il existe déjà une vingtaine de biographies sur Daniel Balavoine, alors, à quoi bon y revenir ? Que dire de plus ?
    Je me suis longtemps posé la question sur la légitimité d'une telle entreprise. Et pourtant, voici l'ouvrage le plus intime sur le chanteur qui offre enfin la parole à ses proches (famille, musiciens de toutes les époques, amis, ex-compagnes...).
    Ce livre, loin d'être uniquement hagiographique, est celui d'une enquête sur un personnage hors du commun qui, trente-cinq ans après sa mort, continue de fasciner. »

    Plus de 50 témoignages inédits.

  • Dalida, Mythe et mémoire situe le vaste succès commercial de la chanteuse dans son contexte historique, musical et idéologique, et analyse l'ambivalence de ses nombreuses identités, de séductrice exotique à femme tragique, d'Orientale à disco queen. En tant que star de la chanson, elle est un personnage musical et médiatique complexe, dont les accusations de ringardise, fréquentes de son vivant mais rares par la suite, signalent l'évolution des catégories de "variété commerciale" et de "bonne chanson" dans la culture contemporaine. Aux fans de tous âges, ce livre offre un regard neuf sur les raisons d'un succès ; aux curieux, il explique la construction d'un mythe. Pour tous, il célèbre la riche carrière et la mémoire d'une chanteuse-caméléon.

    Barbara Lebrun est maître de conférences en `French Cultural Studies' à l'Université de Manchester depuis 2002, où elle enseigne des cours sur la culture française contemporaine, dont les délices de la chanson. Elle est l'auteure de Protest Music in France (Ashgate 2009 ; prix IASPM 2011), et éditrice ou co-éditrice d'ouvrages collectifs : Chanson et Performance (L'Harmattan 2012), Death and the Rock Star (Ashgate 2015), et le numéro spécial `Music and Magic' de la revue Popular Music (2019).

  • Né à Barcelone en 1893, Federico Mompou est aujourd'hui considéré comme l'un des compositeurs les plus atypiques du XXe siècle. A l'écart de toute école, il a su bâtir patiemment une oeuvre reconnaissable entre toutes par sa générosité mélodique et sa saveur harmonique, par sa nostalgie et sa concision. Cet ouvrage est l'occasion de découvrir la personnalité tendre et attachante qui se cache derrière le caractère discret de celui en qui l'on vit un successeur de Debussy ou que l'on surnomma Frédéric II en référence à un Chopin avec lequel il partagea bien des traits.

  • Chanteur halluciné pour initiés mais connu du grand public, acteur césarisé, collaborateur des rappeurs, Philippe Katerine est devenu incontournable ces 15 dernières années sans jamais ne rien perdre de son authenticité. Il n'a pas eu à s'adapter à son public car, progressivement, c'est son public qui s'est adapté à lui. Qu'est-ce qui a fait que Philippe Blanchard, jeune vendéen à la timidité maladive, qui dessinait des Jésus en érection pendant les cours et se faisait appeler Poubelle, se mette à composer un disque, en 1992, sous le pseudonyme de Katerine? De ses débuts dans la Nouvelle chanson française, à la reconnaissance du public avec son tube «Luxor, j'adore» en 2005, Katerine se raconte à Thierry Jourdain dans cette biographie passionnante et décalée.

    Thierry Jourdain, né à Rouen en 1979, travaille dans le milieu de la culture et de l'organisation d'événements artistiques en Normandie depuis 2004. En 2014, il fonde avec plusieurs amis l'association Equilibre Fragile avec laquelle il crée un micro label K7 puis une revue papier trimestrielle du même nom, consacrée à la musique, la photographie et la littérature. Aux éditions Le mot et le reste, il est déjà l'auteur de Elliott Smith, Can't Make A Sound et Miossec, Une bonne carcasse.

  • Lorsque la Révolution de 1917 contraignit Rachmaninov à quitter la Russie, le compositeur se lança dans une carrière de concertiste à plein temps. Universellement admiré par ses confrères, exceptionnel dans Chopin, Liszt, Beethoven Schumann et dans sa propre musique, son jeu a marqué tous ceux qui l'ont entendu.
    André Lischke revient dans cet ouvrage sur le parcours et l'art d'un musicien qui aura été à parts égales compositeur, pianiste interprète de ses oeuvres autant que du grand répertoire, ainsi que chef d'orchestre charismatique.
    Il replace sa formation dans le cadre de la vie musicale et culturelle en Russie, montrant la place du piano dans son oeuvre et dans sa vie, et en mettant l'accent sur sa carrière d'interprète et ses choix de répertoire avant et après son émigration. Est également étudié le legs discographique considérable de Rachmaninov pianiste.
    L'ensemble constitue un essai biographique passionnant sur ce phénomène unique dans l'histoire du piano, dont l'écriture pianistique et l'interprétation se répondent, comme les cloches des églises russes dans la mémoire sonore de l'émigré.

    Né à Paris dans une famille de musiciens russes émigrés, André Lischke est maître de conférences à l'Université d'Évry. Il est l'auteur d'ouvrages sur Tchaïkovski, Borodine et Rimski-Korsakov, ainsi que de l'Histoire de la musique russe des origines à la Révolution (Fayard). Son Guide de l'Opéra russe (2017) a reçu plusieurs prix littéraires.

  • Qui était vraiment Serge Gainsbourg  ? Trente ans après sa disparition, «  l'homme à la tête de chou  » reste une énigme. Et pour cause  : il s'ingéniait à dissimuler sa véritable personnalité derrière ses provocations, ses excès et ses coups de gueule. Pour comprendre Gainsbourg, il faut découvrir Lucien, le fils d'immigrés russes juifs, au physique particulier et à la sensibilité exacerbée qui se rêvait peintre. Un jeune homme au talent immense mais au succès très tardif.
    De cette jeunesse, l'homme a gardé des blessures et des doutes indélébiles qui guideront toute sa vie et toute sa carrière. À l'opposé de son image de provocateur sans tabous, de noctambule, le «  grand Serge  » n'aimait rien tant que rester caché dans sa maison parisienne pour composer des chansons immortelles.
    «  Gainsbourg confidentiel  » dresse le portrait intime d'un artiste timide et secret, complexe et complexé. Un écorché vif, authentique.  
     

  • Autobiographie

    Tina Turner

    « Vous ne faites pas  que danser et chanter.  Vous représentez  un possible. »
    OPRAH WINFREY
    Des ventes éblouissantes, des musiques iconiques, des récompenses prestigieuses. De Mick Jagger à Beyoncé en passant par David Bowie  : ils ont tous voulu chanter auprès de celle qui incarne bien plus qu'une chanteuse  : un symbole.
    Normal, à 79 ans, «  la reine du rock'n'roll  » n'a jamais rien perdu de son énergie légendaire. Celle-là même qui a fait de chacune de ses apparitions et tournées des moments mythiques.
    Elle s'est surtout illustrée comme une femme résiliente et combative, revenue sur le devant de la scène seule, et pourtant plus forte que jamais. Aujourd'hui, dans cette autobiographie définitive, elle nous dit tout.
    Sur ses 60 ans de carrière musicale, sa relation destructrice avec le tristement célèbre Ike Turner. Sur son équilibre avec Erwin Bach, épousé en 2013. Sur ses rencontres, ses passions, les secrets de sa détermination.
    L'icône de Private Dancer nous livre une autobiographie à l'égal de sa voix et de sa vie  : spectaculaire et vraie.
    " Tout ce qu'elle n'avait jamais avoué "  Le Figaro Magazine
    " La star bouddhiste se livre comme jamais "  Rock & Folk

  • Keith Jarrett est tout simplement la plus grande star actuelle du jazz. Pour des millions de fans à travers le monde, le pianiste américain est avant tout l'homme d'un seul disque, The Kln Concert. Et pourtant, sa musique, qui porte la marque d'un style unique, opère une synthèse qui va de Bach à la musique contemporaine, en passant par toutes formes de jazz, le gospel, folk, le rock et la musique liturgique de différentes origines. Cet ouvrage est là pour replacer cette étonnante trajectoire dans son contexte. Il  montre que le fil conducteur de cette confondante diversité, de cette sorte de rage créatrice, de cet engagement constant, est la biographie.

  • Je me souviens de nous

    Babeth

    Quand Élisabeth Étienne, dite Babeth, rencontre Johnny Hallyday lors d'une soirée, elle n'a pas vingt ans. Ils n'échangent que quelques phrases, et seule persiste l'impression d'un regard bleu perçant dans la nuit. Au fil de leurs rencontres, un lien se tisse entre eux, jusqu'à ce que Johnny invite le mannequin à Londres. Une intuition puissante fleurit alors : leur avenir à  deux sera radieux.
    Le jeune couple savoure chaque instant. Ils partent aux quatre coins du monde pour célébrer leur passion naissante, déposent au coin du lit des petits mots doux pour ne pas s'oublier, se  soutiennent quand les tourments deviennent trop lourds à
    porter. En 1981, ils scellent leur idylle à Los Angeles, dans la  plus stricte intimité.
    Johnny et Babeth, même après leur rupture, entretiennent  longtemps une relation unique, mêlée de tendresse et d'une  éblouissante complicité.
    Celle que Johnny considérait comme l'une des femmes les plus dignes de sa vie raconte pour la première fois leur extraordinaire  histoire d'amour.
    À propos de l'autrice :
    Élisabeth Étienne, dite Babeth, est un mannequin et une actrice française née en 1957. Elle rencontre Johnny Hallyday en 1980 lors d'une fête donnée à l'Élysée-Matignon. Un an après, le jeune couple se marie à Los Angeles et se sépare quelques temps plus tard.

  • Il y a quarante ans, le suicide de Ian Curtis mettait un terme à l'histoire de Joy Division. Au terme d'une carrière météorique, le groupe britannique laissait deux albums emblématiques, Unknown Pleasures et Closer, ainsi qu'une poignée de singles appelés à faire date, « Transmission », « Atmosphere » ou encore « Love Will Tear Us Apart ». Mieux encore, les quatre musiciens léguaient un son unique, ciselé sous la férule d'un producteur de génie, Martin Hannett, et qui n'a pas cessé depuis lors d'inspirer les musiciens du monde entier. L'étude qui suit se propose de revenir sur les chansons qui ont fait leur carrière, depuis leurs débuts sous le nom Warsaw à la longue transition d'un an conduisant les survivants de Joy Division à se réinventer via New Order.

    Pierre-Frédéric Charpentier est né en 1969. Enseignant et chercheur en histoire à Toulouse, il mène des recherches consacrées à l'histoire politique et culturelle au XXe siècle. Aux éditions Le mot et le reste, il a déjà publié Rock The Casbah. Le son de The Clash (2015).

  • Dans cette biographie captivante, la célèbre biographe Lesley-Ann Jones étudie l'énigme qu'était John Lennon pour présenter un portrait complet de l'homme, de sa vie, de ses amours, de sa musique, de sa mort prématurée et finalement de son héritage. Suivant de près les événements de la vie et les traits de personnalité qui ont conduit John Lennon à vivre en exil volontaire à New York, où il a été abattu devant son appartement le 8 décembre 1980, Lesley-Ann Jones offre une vue à 360 degrés de l'une des légendes musicales les plus emblématiques du monde. Qui, ou quoi, a vraiment tué John Lennon ? Et quand le « vrai » John Lennon est-il mort ? Cet ouvrage nous plonge profondément dans sa psyché - le bon, le mauvais et le génie - quarante ans après sa mort.
    Lesley-Ann Jones est une biographe, romancière, animatrice et conférencière de renom. Elle est l'auteure à succès de Bohemian Rhapsody : The Definitive Biography of Freddie Mercury, Hero : David Bowie, and Ride a White Swan : The Lives & Deaths of Marc Bolan. Amie d'enfance de David Bowie, Lesley-Ann a interviewé beaucoup d'artistes dont Paul McCartney, Madonna et Prince, nouant souvent de belles amitiés. Elle est mère de trois enfants et vit à Londres.

  • Caroline du Nord, 1936. À 3 ans, Eunice Waymon, petite fille noire infiniment douée, donne son premier concert dans une église. Elle a su jouer du piano avant même de marcher. À 10 ans, elle lutte déjà contre la ségrégation : lors d'un récital, elle refuse de jouer si ses parents ne sont pas assis au premier rang, comme les Blancs. À 18 ans, elle veut devenir la plus grande concertiste classique noire, mais - à cause de la couleur de sa peau ? - son rêve se brise.

    Alors elle se rebaptise Nina Simone et, des bars crasseux jusqu'au Carnegie Hall, elle va connaître la gloire. De sa voix puissante, chaude et mystique, elle invente un langage unique, entre jazz, classique, soul et gospel. Amie de James Baldwin, elle chante pour défendre les droits des Noirs aux côtés de Martin Luther King. Mais la vie est violente avec cette écorchée vive : déboires sentimentaux, cupidité de l'industrie du disque, mort de ses frères de combat, difficulté à être une bonne mère... Nina flambe son argent et sombre dans les troubles psychiques.

    Des États-Unis jusqu'au Sud de la France, en passant par Londres, l'Afrique et les Pays-Bas, les auteures, mère et fille à la vie, sont parties sur ses traces. Elles nous offrent le portrait inédit d'une artiste magistrale en quête d'absolu et de liberté.

empty